30 août 2013

il va falloir ranger l’optimiste dans le garage

coquillages

Par où commencer ? Comment éviter que ce post vire au pèle-mèle maladroit ? Je suis amoureuse. Amoureuse du Finistère. In love with Brest. Accro à la côte sauvage. Rien que de l’écrire, j’ai les larmes qui montent. Oui je sais, j’ai la larme facile, la faute aux hormones qui ont tendance à jouer les grandes tempêtes en ce moment.

J’aime y rencontrer ces léons un poil bourrus dont, à chaque nouvelle rencontre, je m’amuse à voir l’air médusé en découvrant la volubile que je peux être. J’aime y manger des langoustines, des crèpes, des chèvres et de l’andouille de Guéméné ramenés du marché de Saint-Renan avec belle-maman le samedi matin tôt tôt tôt. J’aime mon breton qui m’emmêne à Ouessant, mon léon incroyable qui me soutient, m’écoute, me secoue, me console et toujours me donne l’envie d’aller de l’avant, toujours de l’avant, loin du bout, loin du bout de la terre.

J’aime la beauté sauvage de la côte qui me coupe le souffle à chaque nouvelle visite. J’aime le vent fort qui me fait reculer et qui insuffle mille idées dans ma tête déjà bien pleine. J’aime les plages quasi désertes un 15 août où seules les puces sont nombreuses. J’aime tenter d’aller me baigner au risque d’y laisser mon coeur. J’aime les dames âgées, élégantes en maillot qui me passent à côté pour entrer dans l’eau comme des sirènes. J’aime les phoques, les crabes, les dauphins qu’on peut apercevoir si on est patient et silencieux.

J’aime la pluie qui tape à la fenêtre et qui vaut toutes les séances de relaxation du monde. J’aime les vaches tranquilles dans les champs qui regardent passer les gens. J’aime ce vert omniprésent. J’aime les grandes marées et la pêche à pieds.

J’aime le port de Brest évidemment, les grues si belles quand on prend le temps de bien les regarder, l’abeille bourbon qui vous force à l’humilité, le cidre bu à la pression. J’aime les chansons de Miossec évidemment, les dessins de Paul Bloas, les montages photos de François Berthier et les gravures de Sandrine Péron.

J’aime flaner à la librairie Dialogue, je me suis faite interdire bancaire des Enfants de Dialogue. J’aime le Quartz et la Carène. J’aime lire Bretons chaque mois, comme si j’y étais.

Mon coeur déborde dès que je suis en Bretagne et vous l’aurez compris, ça influe directement sur mon BouDu. Comme à chacun de mes passages, la bretagne m’a donné une puissance et une serrenité incroyables, j’ai de la force pour les mois qui arrivent, pour mener à bien mon optimisite mon boudu. Demain, je refermerai la porte. Je quitterai ma Bretagne chérie, sure de sure d’être de retour dès les prochaines vacances. Alors si vous avez quelques jours à passer en amoureux ou en famille, si vous vous demandez encore où vous pourriez aller. Foncez, venez. Le Finistère vous envoutera.

routetouristoque

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 commentaires

    Fyfe

    Tout le sel du mélange Boudu- Breton, j’adore :)
    (Et j’imagine très bien le choc culturel…. Je suis moins bavarde que toi mais je passe pour une exubérante auprès de ma belle famille normande…).

      Merci Fyfe. Je te confirme, je pense que parfois je passe pour une folle ici, ça me fait beaucoup rire ! Mais comme les opposés s’attirent, je m’y sens bien, mieux que bien !

    Tu donnes envie d’y aller!

      merci Enna ! oui oui oui il faut y aller, j’ai le coeur gros de devoir faire les valises mais je suis contente de savoir qu’à la Toussaint je serai ici.

    May

    Faut vraiment que j’aille en Bretagne. Oui, oui, je n’y suis JAMAIS allée.

    Bon retour !

      Je n’arrive pas à croire ce que je lis ! Ma fée n’a jamais vu la bretagne. Ah ben faut qu’on s’organise quelque chose alors. On vous servira de guide !

    Je te comprends. Moi chez moi c’est pas où j’habite ( Granville) mais c’est les côtes d’armor, les côtes d’amour…

      Oui c’est joli aussi les côtes d’Armor ! Bienvenue chez moi Mrs B !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *