29 octobre 2014

les braqueuses

may&boudu

Cette semaine, je suis passée voir ma fée, à Toulouse, prendre quelques heures comme nous le faisons deux ou trois fois par an, une grosse journée pour se poser, parler, manger, rire, nous occuper de nos clients communs et parler encore.

Ma fée et moi ce sont 14 ans d’écart, une bavarde et une introvertie, deux trajectoires qui n’auraient pas dû se croiser. Au premier regard, je crois même que l’on pourrait jurer à l’incompatibilité.

Sauf que, je lisais sa si jolie plûme et guettais chaque post qui parlait de ses études de chef de projet web sur son blog. Sauf qu’elle m’a aidée sans le savoir à sortir de ma zone de confort, à pousser en 2010 les portes de mon école d’infographie à Madrid et à lancer ce rêve un peu fou, mon BouDu. Elle m’a aidé à me lancer, telle une braqueuse qui s’entête à vouloir reprendre les études à 35 ans passés, à m’asseoir sur les bancs de l’école, enceinte jusqu’aux yeux, une poussette à mes pieds pour aller chercher mon impératrice à la fin des cours.

Parce que la fée, quand elle a peur de sauter et qu’elle le raconte sur son blog, elle file la patate à ses milliers de lectrices, sans le savoir, petit bout de femme volontaire.

Et c’est de ça, entre deux templates et gif, dont nous avons parlé avec ma fée hier et aujourd’hui. D’imposture. De ce sentiment qui colle aux basques quand on décide de ne pas écouter la voix de la raison, quand on décide de prendre sa liberté et de sauter en haut, tout en haut en se répétant comme un mantras que tout ira bien.

Je crois que ce qui nous rassemble, outre une belle obsession pour tout ce qui touche au visuel et à aider les autres à s’exprimer, c’est tout à la fois cette envie chevillée au corps d’aller là où on ne nous attendrait pas tout en se laissant parfois un peu déborder par le doute. Ce balancier permanent entre éclats de rire et larmes qui montent. Elle comme moi sommes très attachées à la bienveillance, au respect mutuel, à prendre soin de nos clients, à prendre soin l’une de l’autre, que ce soit dans le travail ou dans nos échanges de filles.

Je crois que nous nous aimons parce que nous nous sommes reconnues, dès mon premier mail, quand je lui ai demandé si elle se lancerait à mes côtés dans un projet un peu fou et qu’elle m’a répondu très gentiment que non seulement elle acceptait mais qu’en plus les projets un peu dingues étaient ses préférés, nous les deux opposées au premier regard.

Pourquoi je vous raconte tout ça ? Pour vous dire que si vous aussi, vous avez un rêve, une envie, mais que vous sentez la peur tapie dans l’ombre, le sentiment d’imposture tout à côté d’elle, ne réfléchissez pas, foncez. Foncez, tentez du mieux possible d’utiliser l’énergie de la peur en énergie pour avancer. Entourez vous de bienveillance, apprenez à faire taire ces peurs et clamez haut et fort que vous êtes un imposteur, une braqueuse et qu’il n’y a rien de mieux au monde. Vivez vos rêves, suivez vos instincts. Ecoutez vous et foncez.

A bientôt BouDu !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 septembre 2014

c’est quand les vacances ?

boudu-calendrier-scolaire

Je ne vais pas vous mentir, depuis ce matin, je tourne un peu comme une lionne en cage. La rentrée ici n’a eu lieu que pour mon impératrice et j’ai laissé une petite fille blanche comme neige, tremblante qui m’a dit maman j’ai peur pour la première fois de sa vie. J’ai laissé dans cette grande classe de CP/CE1 une petite fille qui n’a dormi que quelques heures, qui n’a rien avalé au petit déjeuner. J’ai laissé une petite fille qui m’a dit : ils sont tous copains, je ne connais personne. Alors oui je sais, ce soir elle sera surement ravie, au pire dans quelques jours. Mais pour le moment, mon coeur est compressé, je cherche de l’air en me répétant que nous ne déménagerons plus, que nous venons de poser nos valises pour de bon et qu’elle va planter ses racines ici, à Bordeaux. Je me rassure comme je peux. Comme une lionne en cage.

Mon impératrice est un tel petit oisillon social, souriant, affable que j’ai eu l’impression de me jeter un saut de glaçons sur la tête mais même pas pour la bonne cause. Dès la crèche, elle a filé à la rencontre des autres, sans jamais laisser une larme couler. L’an dernier, elle nous a congédiés au breton et moi même, nous disant, allez partez maintenant, moi je vais me faire des copains.

Alors pour tenter de ne pas penser à mon bébé qu’on a dû mettre en CP par erreur, je ne vois que ça, je vous ai préparé un petit cadeau de rentrée, comme l’an dernier, vous vous souvenez  ? Pour ne pas penser à l’école, aux devoirs, aux copains à se faire et aux nouveaux rythmes toussa toussa. Cette année, je vous propose un calendrier des jours sans écoles. De ces jours où l’on pourra inviter les copains chez soi, se lever tard le matin, trainer devant les zouzous et improviser le programme tout au long de la journée. Vous cliquez  boudu calendrier scolaire et vous imprimez, rien de plus simple.

Belle rentrée à tous,

A bientôt BouDu !

Rendez-vous sur Hellocoton !

25 août 2014

je suis rentrée chez moi

bordeaux

Hier soir, nous sommes rentrés chez nous.

Dans ce chez nous que je ne connais pas encore bien. Dans cette ville où je n’ai pas de repère, quasi pas d’amis, pas de cantine ou de coin préféré.

Je suis dans cette sensation bizarre que l’on a quand on s’installe dans une ville nouvelle, loin des siens, de ses repères. Il faut dire que les miens s’étalent partout en France et même en Europe, que mes trois repères indispensables sont bien évidemment avec moi et que je suis toujours très excitée à l’idée de pousser les frontières, de sortir de ma zone de confort, de recommencer une nouvelle aventure.

Seul véritable phare dans ce nouveau quotidien, il y a mon BouDu : un ordinateur portable, un écran géant et une tablette graphique. BouDu tient dans un simple sac à dos et je l’emmêne partout avec moi. Il me suffit de me connecter pour retrouver mes clients, le blog, la boutique, le studio. Cet été j’ai pris du retard sur mon planning, tous mes stocks ne sont pas encore complètement déballés, l’atelier/bureau pas tout à fait installé. Mais la tablette et là alors que la fête recommence.

J’espère que votre été fut bon et que vous repartez d’un bon pied si c’est déjà le cas. Et petit message perso, une fois n’est pas coutume, que les lectrices bordelaises qui me suivent n’hésitent pas à partager leurs bons plans avec moi, ce serait un chouette cadeau de bienvenue !

Et vous, vous avez déjà tout changé ? Comment avez vous planté vos nouvelles racines ?

A bientôt BouDu !

Rendez-vous sur Hellocoton !