20 mars 2015

une femme libérée

thefreemeproject&boudu

Le 8 mars dernier, comme chaque année, j’ai rongé mon frein toute la journée, avec une grosse envie d’aller jeter mon énervement en pâture sur les réseaux sociaux. Journée de la femme, mais oui bien sûr, appelle-moi minorité et je pourrais éventuellement piquer une grosse colère. Bref, vous l’aurez compris, j’adhère assez peu à cette belle blagounette (un peu comme la fête des grands-mère ou la saint-valentin vous voyez, sauf la fête des mères, cherchez pas, je VEUX mon collier en nouilles, la contradiction est mon amie).

Tout ça pour dire, que SI je ne me revendique pas comme féministe, j’aimerais bien qu’on arrête de nous prendre pour des truffes. Ne vous méprenez pas hein, les filles, ça m’intéresse, ça me passionne même, la grande majorité de mes amis sont des filles. J’ai des copines partout. Partout où je passe, je suis le boulet qui dit « tu veux bien être ma copine ? » Vi. Même à 40 ans. De l’astrophysicienne à la mère au foyer, de la noire à la blanche, de la nounou au médecin, de la célibataire à la mangeuse d’hommes, les filles sont mes amies. Chacune est différente : des stressées, des belles, des loufoques, des introverties, des engagées… Mais le point commun à toutes mes copines, c’est qu’elles sont libres. Chacune. A sa façon. Et intelligentes aussi mais c’est une autre histoire.

Alors quand superk, la plus madrilène de mes copines françaises, m’a envoyé par skype Isa Auroux et son projet, ça a fait clic tout de suite. Je veux dire, comment ne pas vouloir s’investir dans une aventure où le but ultime serait d’aider les femmes à être plus libres, qu’elles soient mère, amoureuse, professionnelle ou femme, ou un peu de chaque ou tout à la fois. L’idée première était de maqueter un livre, deux heures plus tard, on décidait ensemble de remodeler son logo et de lui construire un tout nouveau blog avant de s’attaquer au print. Dans la vie, Isa est mère deux fois, amoureuse, conseil en RH dans une grosse boite d’audit internationale et femme (mais j’aurais dû commencer par là non ?). Et ces questions-là de la liberté la taraudent au point d’en avoir créé un blog.

Pour ce faire, via mon boudu studio, j’ai travaillé comme d’habitude avec ma fée May. Moi à la palette graphique, elle au développement web, et les deux ensemble à tout peaufiner, réfléchir, reprendre, définir. Comme je suis la plus bavarde des deux, c’est moi qui ai fait l’interface avec Isa.

TFMP

D’ailleurs si vous demandez à cette dernière comment c’était d’avoir un tout nouveau blog, elle vous répondra « comme un accouchement ». Et je trouve que c’est une belle image. Ca fait mal parfois, peur aussi mais c’est un bonheur immense et ça vous change, beaucoup. Le blog est un bout de soi, et chaque nouveau boudu projet est un challenge pour moi de savoir correspondre à son auteur. Au delà du cahier des charges précis, il s’agit d’y insérer aussi un petit supplément d’âme, les émotions y compris les contradictions de son auteur, de tenter d’en faire le portrait le plus fidèle possible.

J’espère que ce tout nouveau blog sera la bonne « maison » pour cette fille à l’altruisme évident, à la générosité en bandoulière. Bref, si vous aussi, vous vouliez réfléchir à votre liberté, n’hésitez pas, suivez The Free Me Project. J’espère qu’à vous aussi, il vous plaira.

A bientôt,

bouDU

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires

    Coucou,

    je cours partager ce joli projet avec des copines madrilènes :-) !

    Bisous,

      Super Margarida, merci beaucoup ! bonne journée

    Valerie

    Très chouette logo Edith! Good job :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *